Frelons, Guêpes, Morbihan ( Vannes, Lorient, Pontivy …)

Essaim d’abeilles

Situation

Comme nous le disions dans un article précédent, Il arrive fréquemment en cette période de l’année que vous trouviez un essaim d’abeilles suspendu à une branche de l’un de vos arbres, ou agrippé à un tronc ou encore, comme ici, dans l’angle d’une fenêtre.

Les essaims d’abeilles de ce type peuvent comporter jusqu’à 20 ou 30 000 abeilles. Il vous appartient de contacter un apiculteur ou même Abat-guêpe qui se chargera de sa récupération. Plus vite, vous vous apercevrez de l’apparition de l’essaim et plus vous faciliterez le travail du « récupérateur ». En effet, concernant l’essaim d’abeilles ci-dessus, celui-ci était présent depuis plus d’une semaine. En conséquence, il avait commencé à construire nombre d’alvéoles dont vous pouvez voir une image ci-dessous.

Bien entendu, la présence de ces pains de cire au milieu de l’essaim ne facilite pas la récupération !! L’apiculteur a ensuite le choix de former des cadres avec les pains de cire existants ou bien de mettre l’essaim en ruchette sans ces pains de cire sur des cadres déjà alvéolés.

Comment procéder ?

Concernant les petites astuces liées à la technique, tout le monde a ses petits trucs, le principal étant que l’essaim d’abeilles terminent sa course dans la ruchette. Chez Abat-Guêpes, nous avons l’habitude de commencer par pulvériser de l’eau sur l’essaim afin de l’alourdir et de rendre les abeilles moins aptes à l’envol. Ensuite, nous disposons la ruchette sous l’essaim et, à l’aide d’une simple balayette, nous faisons tomber doucement le maximum d’abeilles dans la ruchette. Concernant le nid ci-dessus, voici la disposition en image :

Nous avons opté pour une ruchette en polystyrène, plus légère et donc plus facilement transportable. Elle est munie de 5 cadres cirés permettant aux abeilles de commencer leur installation. Lorsque le maximum d’abeilles est dans la ruchette, nous refermons délicatement celle-ci, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus.

Le point délicat

Toute la réussite de l’opération consiste en ce que la reine de la colonie soit dans la ruchette. Si elle y est, toutes les abeilles suivront. Mais si par malchance, la reine ne se trouve pas dans la ruchette ; il ne faudra pas attendre longtemps avant que toutes les abeilles quittent la ruchette pour aller former un nouvel essaim autour de leur reine. L’opération devra donc être renouvelée.

Pour savoir si l’opération est un succès, il faut observer :

 

Difficile ici d’être sûr à 100%, mais un comportement particulier attire notre attention… vous le voyez ?

Allez, nous vous aidons :

Si vous observez les abeilles entourées de rouge, vous noterez qu’elles ont toutes la même posture ; l’abdomen dressé vers le ciel en battant des ailes. Elles sonnent le rappel !! Elles informent toutes les abeilles demeurées à l’extérieur de la ruchette que la reine est à l’intérieur et qu’il pourrait être opportun de la rejoindre. Au bout de 20 minutes, ils ne restent que quelques dizaines d’abeilles en extérieur de la ruchette à comparer aux quelques 20 ou 30000 à l’intérieur.

Mission accomplie !!!

Conclusion

La conclusion est qu’au moment ou le Morbihan se trouve littéralement envahi par le frelon asiatique qui n’a, rappelons-le, aucun prédateur naturel (excepté peut-être une larve de mouche, ndlr), il est de notre responsabilité à tous de participer activement à la préservation de notre patrimoine, dont les abeilles forment un maillon des plus précieux.

Abat-Guêpes fait ce choix et l’assume sans le revendiquer. Ce magnifique essaim a désormais rejoint une ruche pédagogique dans l’un de nos collèges morbihannais. Lieu emblématique pour cette donation, puisque la transmission des valeurs aux plus jeunes pourrait bien être la plus solide planche de salut de nos abeilles.

Enfin, pour ceux qui désireraient aller plus loin : Le syndicat morbihannais des apiculteurs

Abat-Guêpes