Frelons, Guêpes, Morbihan ( Vannes, Lorient, Pontivy …)

Essaim d’abeilles en cheminée

Comme tous les ans, aux premières chaleurs, voici le temps des essaimages. Il n’est pas questions ici de rappeler, pourquoi les abeilles essaiment, ni de quelle manière elles essaiment, nous vous renvoyons pour celà à la littérature très abondante sur le sujet avec en tête de liste, l’éternel wikipédia.

Non, l’objet de cet article est de vous donner quelques conseils sur la marche à suivre en cas d’essaimage sur votre propriété.

Essaim d’abeilles dans la cheminée

Ce cas de figure est très très très courant. L’effet d’écho que vous avez dans le conduit peut faire frémir. Le bourdonnement peut être assourdissant en fonction de la taille de l’essaim. Mais rester calme, vous ne risquez rien. L’essaim peut se fixer à n’importe quelle hauteur dans votre conduit. Le plus courant demeure l’essaim qui se situe en tête de cheminée. Il n’est pas rare que quelques dizaines d’abeilles se perdent dans le bas de la cheminée pour finir, dans votre insert, si vous en avez un !! Dans le cas d’une cheminée ouverte, restez calmes, ces abeilles ne sont pas agressives et ne vous piqueront que si vous faites des gestes brusques. Ouvrez les fenêtres et même si vous êtes entourés de quelques dizaines d’abeilles, restez tranquilles, elles vont repartir d’elles mêmes. Une fois l’émotion passée, et si vous désirez les chasser, le seul moyen est de les enfumer. D’expérience, nous vous invitons à brûler un morceau de caoutchouc (un morceau de chambre à air par exemple). La fumée noire aura souvent pour effet de chasser l’essaim. Il pourra ensuite se poser à quelques kms ou bien dans votre jardin. Si tel est le cas, le paragraphe suivant vous concerne. Si cette stratégie de l’enfumage échoue, vous n’aurez pas d’autres moyens que de contacter un professionnel qui devra malheureusement procéder à la destruction de l’essaim.

Essaim d’abeilles dans le jardin

Vous avez vu une masse sombre approchée avec un bruit d’une intensité surprenante. Puis, vous observez une « grappe » se poser sur une branche d’arbre. Pour mémoire, les abeilles qui ont quitté la ruche doivent se trouver un nouveau logis. elles ne sont pas parties sans provisions. Sur leurs pattes arrières, vous pourrez aisément repérer des réserves de cire et/ou miel leur servant de réserves.  Ainsi, les abeilles constituant les essaims ne sont absolument pas agressives ; elles ont tout ce qu’il faut avec elles. N’ayez pas peur de vous en approcher. Si vous ne faites pas de gestes brusques, vous ne courrez aucun danger.

Et Ensuite…vous faites quoi ?

Vous avez alors 2 options. La première, nous n’avons encore jamais vu de squelette d’essaim dans un jardin. En conséquence, à la tombée du jour, l’essaim va reprendre son vol en quête d’un lieu plus sûr qu’une branche d’arbre. C’est du moins, la probabilité la plus forte. Certains essaims débutent la fabrication de leurs alvéoles entre les branches. Vous n’aurez d’autres solutions que de passer à la seconde option. Celle-ci consiste à appeler Abat-Guêpes qui se chargera de la récupération gracieuse de ce nid pour ensuite en faire don à des apiculteurs amateurs.

Nous en profitons ici pour remercier Mme /////////////// de Cranne, petit lieu-dit du Morbihan car grâce à elle, nous avons pu récupérer un très bel essaim. Aujourd’hui, celui-ci a trouvé sa place dans une ruche dans un des collèges du Morbihan, pour un atelier dédié à l’apiculture.

Nous vous proposons la vidéo de cette récupération.

Le mot de la fin… Dans une période ou le frelon asiatique décime les ruchers du Morbihan et particulièrement les ruchers amateurs ; il relève d’un acte citoyen que de favoriser la récupération des essaims plutôt que leur éradication. En espérant que ce vœu pieux soit entendu…au moins par quelques uns.

Bien à vous,

Abat-Guêpes