Frelons, Guêpes, Morbihan ( Vannes, Lorient, Pontivy …)

Frelons asiatiques et abeilles

Après un rappel du régime alimentaire des frelons asiatiques, nous examinerons l’impact de la prédation des frelons asiatiques sur nos abeilles domestiques. En préambule, laissez nous vous renvoyer à un article exhaustif sur les frelons asiatiques présenté ici.

Régime alimentaire

Bien que les frelons asiatiques se nourrissent exclusivement de fruits et/ou de substances sucrées (miellat, nectar, miel), il n’en va pas de la même chose pour leurs larves qui se nourrissent essentiellement de substances protéiques ; raison pour laquelle la pression sur les ruchers s’exercent de façon maximale dans la période de septembre à novembre, période durant laquelle le nid de frelon asiatique atteint le maximum de sa capacité de reproduction. Il semble intéressant de s’intéresser aux proies des frelons asiatiques en fonction des zones géographiques dans lesquelles ils évoluent.

En zone Urbaine

66% des proies des frelons asiatiques sont des abeilles. Les Diptères (mouches, moustiques etc…) ne représentent que 17% de leur nourriture tandis qu’un pourcentage similaire regroupe l’ensemble de leurs autres proies telles que les guêpes ou autres hyménoptères.

En zone Agricole

Dans ces zones, l’abeille ne représentent plus que 35% des proies consommés par le frelon. Ce sont les diptères qui en font les frais avec eux, près de 34% des victimes des frelons asiatiques. La part des vespidae (guêpes…) s’établit à environ 15%.

En zone Forestière

Dans cette zone, nous sommes proches de l’équipartition puisque 33% des proies sont des abeilles, 32% des diptères tandis que les vespidae représentent environ 28% des proies des frelons asiatiques.

Ces chiffres montrent sans équivoque que les apiculteurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels ont tout intérêt à privilégier les emplacements de leurs ruchers le plus loin possible du monde urbain. Nous aurons une petite pensée pour les écologistes parisiens qui s’enorgueillissent de placer des abeilles sur les toits de Paris…On peut raisonnablement penser que lorsque les frelons asiatiques seront bien installés sur Paris, leurs ruchers auront une espérance de vie très limitée. Au passage, on peut également s’inquiéter des risques sanitaires du frelon asiatique lorsque celui-ci aura colonisé les grandes métropoles et que des nids secondaires s’installeront au 10ème étage, sur les balcon des bâtiments. Ceci fera l’objet d’un article très prochainement.

Défense des abeilles

Dans cet article, nous nous centrons sur nos abeilles domestiques françaises. En effet, de par le monde, certaines abeilles ont développé des moyens de défense efficace. Rappelons simplement ici que les abeilles asiatiques sont capables de tuer le frelon asiatique par une technique de « balling ». Cette technique consiste à faire une boule autour du frelon et de le tuer par hyperthermie. d’autres abeilles, chypriotes ou italiennes sont capables par une technique similaire d’asphyxier le frelon. Et les nôtres ?

He bien, pour résumer, elles se font bouffer !…A l’heure actuelle, elles n’ont que très peu de stratégies de défense si ce n’est le « bee-carpet ». Cette technique consiste pour la ruche à ce qu’une grande partie des abeilles occupe la planche d’envol de la ruche. Pour mémoire, un schéma de ruche ci-dessous.

Schéma d'une ruche dadant

Schéma d’une ruche Dadant

L’objectif est de bloquer l’accès de la ruche aux frelons asiatiques. Comme présenté sur le schéma, les apiculteurs disposent également un réducteur d’entrée à cet effet. La ruche est ainsi rarement détruite par le frelon mais pour bien comprendre les effets du frelon, il faut faire un petit rappel sur l’organisation de la vie des abeilles.

Organisation des abeilles et conséquences

La population est divisée en trois catégories. La reine d’une part, seule capable de reproduction. Les faux bourdons, dont le rôle unique est de féconder la reine lors de son vol nuptial. Enfin, les ouvrières. Il est capital de comprendre que les ouvrières occupent différents rôles au cours de leur vie. L’image ci-dessous montre le rôle de chaque abeille en fonction de son âge.

Rôle des abeilles dans la ruche en fonction de leur âge (en jours)

Rôle des abeilles dans la ruche en fonction de leur âge (en jours)

Il nous semble très important de comprendre que chaque âge a son rôle et réciproquement. En effet, les frelons asiatiques se positionnent à l’entrée des ruches en vol stationnaire. Ils attendent le retour des abeilles « butineuses » qui sont censés rapporter pollen et nectar à la ruche. Les frelons asiatiques capturent ces butineuses et les tuent. Étant donné le rôle de chacun au sein d’une ruche, les butineuses tuées manquent à la ruche. Les conséquences en sont un appauvrissement de l’apport en nectar et pollen à la ruche. A terme, la ruche s’affaiblit au point de ne pas pouvoir disposer d’assez de nourriture pour l’hiver et la colonie meurt. Ainsi, ce n’est pas que les frelons soient en capacité de décimer la colonie dans son entièreté ; mais l’impact des frelons sur les butineuses entrainent un affaiblissement considérable de la ruche. Un prochain article tentera d’en mesurer l’impact sur l’apiculture française. En effet, qui dit, décimation des butineuses, dit automatiquement, moins de pollen, moins de gelée royale, moins de miel, moins de ruches, autant de sources de revenus pour les apiculteurs. La production de miel est passée de 32 000 tonnes en 1995 à environ 9000 tonnes aujourd’hui

Outre les pesticides en éternelle discussion au sein de la commission européenne, le frelon asiatique pourrait, à terme, être la goutte de miel qui fait déborder le vase.

Abat-Guêpes

Toutes les sources de cette article figure à la fin de la thèse de doctorat d’E.Chardonnereau que vous trouverez en ligne téléchargement ici !